La cuisson basse température : un atout santé

Effet de mode ? Démarche marketing ? Rien de cela dans l’émergence de la cuisson à basse température (inférieure à 100 °C), mais plutôt une volonté de réduire la quantité de substances cancérogènes contenues dans les aliments.

La cuisine à basse température consiste à cuire les aliments à une température comprise entre 65 et 80 °C, après les avoir saisis quelques minutes. Une cuisson lente, plus savoureuse, et bénéfique sur le plan de la santé.

Les avantages de la cuisson lente

  • Avec ce mode de cuisson, le goût, la couleur, le moelleux, le volume des aliments demeurent intacts.
  •  Les pertes en micronutriments (vitamines et minéraux) sont infimes, pour ne pas dire inexistantes (à l’exception de la vitamine C détruite à la cuisson.
  • Et, bien entendu, on évite la formation de substances cancérogènes.

Les inconvénients de la cuisson basse température

Le temps de cuisson est très long (souvent le double d’une cuisson classique), mais la cuisson est aussi toute douce : à moins de 100 °C et sans aucune surveillance puisque les aliments ne peuvent pas brûler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires